Il est très agréable de voir les gens chanter ensemble et en chœur. Et surtout l’envie nous prend d’appartenir à une chorale et faire preuve de notre talent très souvent « caché ».

Mais, eeeeeh ! Ce n’est pas souvent facile comme on le pense hein. Surtout pour le jeune choriste qui doit concilier ses études avec les classes de chants, les exigences du chef de chœur, la pression des parents pour la bonne marche des études… C’est tout un calvaire.

Aujourd’hui, nous sommes avec « Evariste alias Eva», jeune choriste qui nous parle de ses premiers pas en tant que choriste.

Anita : Bonjour Eva,

Eva : Bonjour Anita

Anita : Comment tu vas ?

Eva : Je vais bien sauf je suis embêtée par cette satanée pluie qui me cloue à la maison.

Anita : Oui, vraiment. On espère que ça va s’arrêter d’un moment à l’autre. Alors parles-moi de tes activités extra-scolaires. En dehors de tes études que fais-tu de plus ?

Eva :  Je chante. Je suis membre d’une chorale et je passe la plupart de mon temps avec mes camarades de chant.

Anita :  Tu chantes depuis combien de temps ?

Eva : Je crois que ça doit faire à peu près 12 ans. Je chante depuis la classe de 5ieme

Anita : Tu chantes à quel pupitre ?

Eva : Je suis Soprano mais je fais très bien l’Alto aussi si besoin.

Anita : Alors, comment tu es arrivée à ça ? A chanter dans une chorale ?

Eva : Au fait, j’avais une amie qui chantait et ça me plaisait vraiment de la voir chanter. Un jour, puisqu’on est de la même église, je l’ai suivie à leur répétition et ça a commencé. Je ne me suis plus arrêtée. C’est ça.

Anita : Et juste comme ça ? Très facile comme ça ?

Eva : Pas tout à fait facile comme tu l’entends. Les premiers moments ont été très très durs.

Anita : Ah bon ? Dis-nous en un peu plus.

Eva :  Hmmmmmmmmmm, Voilà, comme je te disais, les parents, les études en plus de mes autres activités constituent les principaux obstacles.
En premier, mes parents. Oh la la, c’était la guerre ! Ils n’étaient pas du tout d’accord. Pour eux les études passaient avant tout. J’étais obligée de mentir des fois pour aller à la répétition de chant. Je feignais d’aller étudier chez une amie ou à un groupe de travail.

Je crois qu’avec la vieille école, c’est qu’à partir des études qu’on peut avoir un bon travail plus tard. Mais ils oublient que la passion et le talent peuvent nous procurer aussi un bon travail dans le futur. Alors jumeler les activités chorales avec les études était pour eux une mauvaise idée. Ils se rassurent avec le dicton qui dit : « On ne poursuit pas deux lièvres à la foi. »

Mais, rassures-toi ! Je leur ai prouvé le contraire au fil du temps. Grâce de Dieu, j’ai bien réussi mes études sans lâcher le chant. Personnellement, j’ai remarqué que le fait d’intégrer la chorale m’a permis de me concentrer plus sur mes études et de devenir meilleure. J’ai dû laisser tomber les activités inutiles.

J’avais consacré plus de temps à ma formation et les petits jobs que je faisais par ci et par là.  Du coup, ça a marché.

Mais, arrivée à un niveau,  j’ai voulu abandonné la chorale. Je n’ai pas pu.

Anita : Ah bon ? Pourquoi tu n’as pas lâché ?

Eva : Mon cœur n’était pas d’accord avec moi. Le chant c’est ma passion. Je ne trouve pas de mot adéquat pour l’exprimer ! C’est quelque chose de magique qui se passe en moi quand je chante. Quelque chose  de waaaaooooh. Si je laissais tomber, j’aurais un grand vide en moi.

Anita :  Ah ça alors … Tu veux bien partager avec nous ce que tu ressens parmi les autres choristes quand vous chantez ?

Eva :  Hahaha ! Bah vue que je suis une gentille et généreuse fille je vais vous le dire.
Alors, pour moi chanter en chœur c’est un moment  magique. L’harmonie des voix, des sons, les percussions tout ça me comble de joie. Il arrive un moment où vous vous sentez unis par un lien très fort que je ne peux pas expliquer.

Je me sens si bien et si à l’aise après chaque répétition ou concert de chant. C’est comme si je devenais un ange. La chair de poule me prend, tout à coup. Je ressens une fraîcheur qui décent sur moi. J’ai tellement à dire!

Anita : Bien-sûr. Il y a tellement à dire mais on va réserver ça pour plus tard.

Eva :  Ok, très bien. Je garde la suite pour plus tard alors.

Anita : Merci Eva pour ce moment passionnant passé avec toi

Eva : Je t’en prie. Le plaisir est partagé.

Voila ! C’est ça les débuts de Eva, une jeune choriste qui s’est débattue pour accomplir sa passion. N’y a-t-il pas des leçons à tirer ? Bien-sûr.

Le début de toute chose est toujours difficile. Mais avec un peu de courage, de volonté et de persévérance, on y arrive.

En attendant de retrouver Eva pour la suite de son histoire, je vous dis : « Bonne journée ».

Ne manquez surtout pas de nous laisser vos impressions et commentaires.

A très bientôt !