A l’état civil, il se nomme Ben Mawuli AGUDETSE. Ben, est un homme calme, ouvert,  souriant et humble. Il est issu d’une famille chrétienne et de musiciens, évident que Ben, ne puisse pas échapper à ce virus qu’est la musique. Autodidacte, Ben après ses études  primaires, rentre au collège protestant de Lomé Tokoin. Il y fait son cursus, jusqu’à l’obtention de son baccalauréat. Ce temps passé  au collège protestant  lui sera bénéfique car, c’est là où il forgera une âme de musicien hors pair. Longtemps disciple de Seth Kwadzo, Ben  aura suivi pendant  (07) sept ans, au total (3360h) trois mille trois cent soixante heures de cours de musique. Soit (80) quatre-vingt heures par mois,

BEN MAWULI AGUDETSE
BEN                MAWULI                     AGUDETSE

et  (484)  quatre cent quatre-vingt heures par ans. Fort  de ce bagage et de cette prédisposition musicale, Ben fait preuve d’une grande abnégation au travail. Ainsi en 1983, il accouche son premier BB sonore, RENDONS GLOIRE A NOTRE DIEU.

Ne dit-on pas que l’enfant qui sait se laver les mains, mangera avec  des chefs ? Grâce  à son ouverture d’esprit et à sa capacité d’oser, Ben croise sur sa route deux autres grands noms : Seth Kluvia et Gérard Prilop  qui le fait découvrir  la musique fanfare. Quand à Seth Kluvia, il le  prendra sous son aile et lui montrera le chemin. Né sous une bonne étoile, Ben avec son bâton de pèlerin, prend sa route et compose des morceaux. Il développe un style qui lui est propre, compose des morceaux et dirige de nombreuses chorales de la cité.

Cette unicité, dont il fait preuve dans ses œuvres lui vaudra :

Le prix du meilleur compositeur deux fois de suite, lors du concours de chant contre la lutte contre le sida.

-En 2015, il est récompensé à l’édition spéciale de la Coupe Nationale du Chant Choral et, est fait ambassadeur de la paix.

Homme affirmant en tout lieu et à tout moment, son appartenance au Père  Tout Puissant, Ben affiche un plaisir, une aisance, une maturité d’esprit et une originalité dont il n’a pas forcément conscience, puisqu’il s’inspire de la Bible et des faits quotidien pour paraphraser feu Isaac Dogbo. Mais il trouve un grand intérêt dans la formulation du message véhiculé dans ces œuvres. Ce qui à coup sûr étale tout son savoir-faire en la matière.

Aujourd’hui référence sur l’échiquier national et international, Ben Mawuli exprime quelques difficultés qui interpellent toute la famille du chant choral togolais :

Le premier problème est celui de l’interprétation des différents morceaux par les chœurs et groupes artistiques, ceci du fait de la complexité des chants ou soit à leur mauvaise assimilation.

Le second problème qui mine le domaine est  les divergences des points de vue et aussi de la méthode de direction des chefs de chœur.

Humble serviteur dans une grande entreprise, pour Ben sa vie  professionnelle, familiale et artistique sont des éléments conciliables. Il évoque les mots organisation et place que l’on donne à chacun de ses éléments dans sa vie. Très ancré dans la parole Divine, il pense que la jeune génération autodidacte est très talentueuse de par leurs compositions. Ben les encourage et les exhorte à plus d’abnégation.

Auteur d’un album instrumental du cantique éwé de l’EEPT et du volume 01 du recueil Ma dzi ha na Mawu nye daa, Ben est actuellement  au laboratoire où il concocte un nouveau projet musical dont la sortie est prévue pour bientôt.

Ben Mawuli Agudetse, fait partie de ceux qui pensent que l’homme doit évoluer avec son temps. Et donc l’avènement du PSR est une prouesse de la technologie. Le fondamental pour lui je cite « c’est d’arriver à instaurer un bon dosage et un équilibre entre les voix et les instruments ».

Assis sous le grand fromager, Ben porte un regard sur le chant choral togolais, qui est en pleine évolution. Il rend hommage aux jeunes qui de la rigueur et la perfection leurs maitres mots. Ben prône partout la promotion et l’inclusion  du folklore togolais dans la musique choral, pour un plein épanouissement à l’image du Ghana  ou le Twi règne.

Celui-là   qui veut que la musique soit au service des ayants droit, est un qui se résume en trois mots : le travail, l’humilité et la confiance en Dieu.